logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/01/2008

le calendrier

Du latin calendarium qui signifie: livre de compte. La calende désignait le premier jour du mois romain; c'était le jour où l'on payait ses dettes. Le mois romain se divisait en 3 parties-nonne,ides et calende ( qui veut dire appeler)

Le calendrier remonte à l'antiquité romaine. Le premier était un calendrier lunaire, de 355 jours. Jules César décida de rattraper son écart de 12 jours avec l'année solaire et de le simplifier ne gardant que les noms des mois.
Le calendrier julien était donc de 365 jours: le temps mis par la terre pour faire le tours du soleil. Comme la durée réelle est de 365,25 jours, 6 heures s'ajoutaient chaque année. On ajouta donc 1 jour supplementaire( bisextus) tous les 4 ans (Comme cette année ce que j'avais omis de compter pour ma recette des voeux! mille excuses) A cette époque un mois était la periode entre 2 nouvelles lune : 29jours et demi Jules César divisa l'année en mois de 30 et 31 jours. la semaine de 7 jours fut instituée. Mais comme ce calendrier julien accumulait du retard au fil des siécles depuis sa création en 46 avant j c, on le réforma aussi.
Notre calendrier grégorien
fut crée par le pape Grégoire 13 en 1582. Pour rattraper le retard du calendrier julien, on sauta du 4 octobre au 15 octobre 1582; 11 jours ou rien ne se passa... On garda l'année de 365 jours qui commençait au 1er janvier depuis 1564
Le calendrier républiquain fut décrete le 22 septembre 1792, date de la proclamation de la république
1er vendémiaire an 1
Le nom des mois s'inspira des saisons en partant de l'équinoxe d'automne, le 22 septembre:
vendemaire(vendanges)- brumaire(brumes) frimaire(frimas)- nivose(neige) -pluviose(pluies)- ventose( vent)-germinal (germination)- floréal( floraison) -prairial( prairies)- messidor(moissons)-thermidor( chaleur)- fructidor(fruits). Ce calendrier républicain fut supprimé par Napoléon qui rétablit le 1er janvier 1806 comme premier jour de l'année

JANVIER
Du latin Januarius: mois du calendrier dédié à Janus, dieu étrusque. Janus est le dieu à double face, régnant sur les passages, les transitions, les oppositions Janus regarde le passé et l'avenir, ouvre la porte(janua) de la maison, initie à l'age adulte, symbolise le commencement , le début de la nouvelle année et la charnière de 2 années

Janvier a 4 bonnets il nous montre le temps des 4 saisons

Janvier pleurant
tout l'an gouttant

Froid et neige en janvier
Emplissent granges et greniers

15:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

15/01/2008

projets 2008

Aprés quelques concerts dont un de Noël les projets de ma chorale se mettent en place
Nous preparons un voyage en Hongrie ou nous retrouverons le choeur de Jaszapati ( 120 km de Budapest)
Ce voyage aura lieu en octobre trés certainement.

medium_crecsendo2.jpg

medium_crescendo_pologne.jpg


Photos prisent à Ostrow en Pologne lors de notre voyage de juin 2007
Plein de bons moments, le plaisir de chanter et les retrouvailles! Nous les connaissons depuis 12 ans avec une rencontre tous les 3 ans. Depuis des liens d'amitié se sont creés
Les Hongrois eux sont venus à Charleville en 2006
D'heureux moments en perspective.Nous allons apprendre quelque chants en Hongrois aprés en avoir appris en Polonais

12:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

10/01/2008

l'homme aux semelles de vent

C'est ainsi qu'on l'a surnommé. c'etait aussi le révolté, l'écorché vif, le nomade


Charleville à l'époque de Rimbaud
medium_mu_rimb_nouveau.2.jpg


De 1869 à 1875 il vecu à quelques metres de ce moulin qui depuis est devenu le musée Rimbaud

medium_musee_rimbaud_face.2.jpg


Bonne pensée pour le matin (mai 1872)

A quatre heures du matin, l'été,
Le sommeil d'amour dure encore
Sous les bosquets l'aube s'évapore
L'odeur du soir fêté.

Mais là bas dans l'immense chantier
Vers le soleil des Hesrépérides,
En bras de chemise, les charpentiers
Déjà s'agitent.

Dans leur désert de mousse, tranquilles,
Ils préparent les lambris précieux
Où la richesse de la ville
Rira sous de faux cieux.

Ah! pour ces ouvriers charmants
Sujets d'un roi de Babylone,
Vénus! Laisse un peu les amants
Dont l'âme est en couronne.

O reine des bergers
Porte aux travailleurs l'eau de vie,
Pour que leurs forces soient en paix
En attendant le bain dans la mer, à midi

16:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

07/01/2008

aprés une bonne ballade

Apres un peu de marche dans la campagne Ardennaise, j'ai de nouveau envie de vous parler un peu de lui encore une fois

medium_portrat_gd.2.jpg


Premiére soirée

Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leur feuillée
Malinement, tout prés, tout prés

Assise sur ma grande chaise,
Mie-nue, elle joignait les mains.
Sur le plancher frissonnaient d'aise
Ses petits pieds si fins.

Je regardais couleur de cire
Un petit rayon buissonnier
Papillonner dans un sourire
Et sur son sein, mouche ou rosier.

Je baisais ses fines chevilles.
Elle eut un doux rire brutal
Qui s'égrenait en claires trilles,
Un joli rire de christal

les petits pieds sous la chemise
Se sauvérent:" veux-tu en finir!"
La premiére audace permise,
Le rire feignait de punir!

Pauvrets palpitants sous ma lévre
Je baisai doucement ses yeux:
Elle jeta sa tête miévre
En arriére :"Oh! c'est encore mieux!...

Monsieur j'ai deux mots à te dire..."
Je lui jetai le reste au sein
Dans un baiser, qui la fit rire
D'un bon rire qui voulait bien...

Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres jetaient leurs feuilles
Malinement très prés, très prés

medium_kiosque_gare.jpg


Le kiosque de la gare de Charleville où sa mére Vitalie Cuif rencontra un dimanche un beau capitaine qui devint son père


La gare de charleville qui fut témoin de ses nombreux voyages

A elle

L'hiver, nous irons dans un petit wagon rose
Avec des coussins bleus.
Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose
Dans chaque coins moelleux.

Tu fermeras l'oeil, pour ne point voir, par la glace,
Grimacer les ombres du soir
Ces monstruosités hargneuses, populace
De démons noirs et de loups noirs

Puis tu sentiras la joue égratignée...
Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou
Et tu me diras:" Cherche!" en baissant la tête,
Et nous prendrons du temps à trouver cette bête
Qui voyage beaucoup...
( en wagon le 7/10/1870)

medium_tombe_rim.jpg


Sa tombe est toujours trés visitée et réguliérement fleurie

16:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique