logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/08/2009

Pourquoi les toits sont bleu en Ardennes?

Comme vous avez pu le remarquer en Ardennes les toits des habitations sont tous en ardoise.En  effet l'exploitation de l'ardoise a longtemps fait vivre la region, et plus particuliérement les villes de Rimogne et de Fumay (appelée à l'époque la capitale de l'ardoise) Les ecailleurs (on les appelait ainsi) commençaient à descendre à la mine entre 11 ans et 14 ans.

Les mines étaient creusées autour d'une galerie principale. lorsque la veine d'ardoise était repérée, on ouvrait une excavation de 60 à 80 cm de hauteur et de la longueur de la veine

Les hommes commençaient avec le pic, les décombres étaient enlevés et transportés dans des hottes par des enfants.Ces chutes d'ardoises étaient deposées dans les anciens couloirs exploités. Lorsqu'elle était

medium_enfants_ardoise.jpg
extraite on divisait la masse d'ardoise en 3 longueurs qu'il fallait détacher l'une de l'autre. Les blocs étaient remontés à la surface sur le dos des hommes, à l'échelle. Un de ces bloc pouvait peser jusqu'à 80 kg. Le dos du porteur était simplement protégé par 1 ou 2 coussin de toile
medium_porteur_d_ardoise.jpg

L'opération suivante se faisait à l'extérieur C'était le fendage
medium_fendage_ardoise.jpg
Venait ensuite le découpage Les premieres machines à decouper sont arrivees en 1914. Il y avait aussi la broye
qui était un emporte piéce aux dimensions de l'ardoise à tailler.


Les conditions de travail étaient aussi difficiles que dans les mines de charbon. Les accidents étaient trés frequents Les poumons des ardoisiers étaient envahis par la poussière, ils avaient le dos brisé par les charges. Ils travaillaient constamment dans l'humidité.L'exploitation de ces mines a cessé en juillet 1971. On peut visiter à Fumay le musée de l'ardoise et à Rimogne la maison de l'ardoise


La romanciére Françoise BOURDON fait revivre cette époque dans "La fille de l'ardoisier" que je vous recomande. Elle a aussi écrit sur la vie des bucherons ardennais dans "Le bois de lune"
medium_maison_de_l_ard.jpg

medium_puit_st_quentin.2.jpg

10:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Coucou p'tite fleur bleue !

Et de doigts coupés par l'ardoise et les machines car la sécurité n'y était pas en ce temps là.
Merci voilà pourquoi les vaches se couchent , merci .

Bonne journée bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 03/08/2009

J'ai vu à l'oeuvre ceux qui font la découpe; il faut bien savoir prendre le bloc pour ne pas faire de perte; il faut dire qu'ils ont l'oeil et le doigté aussi; Bises.

Écrit par : patriarch | 03/08/2009

Quelle que soit la mine le travail y était très pénible !
Bonne journée

Écrit par : Biche | 03/08/2009

bonsoir Brigitte . j'adore les toits en ardoise . c'est vrai qu'ils génèrent des reflets bleus . gros bisous

Écrit par : jeanpierre | 03/08/2009

Un petit coucou du canaillou ... Bon personne l'a obligée à jouer comme ça . HiHiHi c'est bien ta note sur l'ardoise . Ici c'était sur les hauteurs de nos montagnes et sur de petits espaces très dangereux . Sur les registres d'état civil on trouve souvent des accidents de ce genre . Aujourd'hui ces vieilles ardoises ont presque toute disparues et c'est dommage car c'était solide et beau , un toit de ferme . Voila , amitiés à "petite fleur " et bises des Alpes Alpinus

Écrit par : l'Alpin | 04/08/2009

Il est vrai que les maisons dites bourgeoises étaient souvent recouvertes d'ardoises. Cela donne à la maison un aspect différent de la tuile, plus commune. Mais, il semble que l'ardoise s'use plus vite que la tuile.
Comme beaucoup de métiers, tailler, broyer, même si l'ouvrier est dehors plutôt qu'au fond de la mine, le travail est dur. Qui voudrait faire ce genre de travail maintenant ? A part ceux dont le métier est la restauration de bâtiment anciens. Il est difficile de trouver de la belle ardoise ou alors c'est hors de prix.
Il est bien de rappeler comment et dans quelles conditions travaillaient les anciens.
Bonne journée
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 04/08/2009

Bonjour Brigitte

Un retour en arrière émouvant, avec les conditions de travail d’alors, que tous acceptaient.

Je me demande parfois si notre époque, qui fabrique tant de chômeurs et de gens à la limite de la misère, tout en ayant une minorité de gens aisés et une frange de riches, est la solution en vantant les métiers aseptisés, soumis au principe de « précaution » où le moindre risque est banni.
Sans risque, on ne devient pas un homme (ou une femme) adulte et émancipé(e).
Bien entendu, plus personne ne porterait 80 kg, mais une charge moitié, un escalier solide, quelques masques et des casques, et ce travail devrait pouvoir nourrir son homme.
Les ardoisières d’Angers tournent encore, et c’est dommage de voir les tiennes fermées.


Bises du grillon

Écrit par : christian | 06/08/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique