logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/10/2012

Le fondeux

201206114fd568275146f-0-601529.jpg

Agapit Delmont  fut le dernier  fondeux ou charbonnier des Ardennes

mort en 1979à 51 ans

La  charbon de bois était déjà utilisé par les premier travailleurs de métaux en 5000 avant J C

Si vous visitez un jour le muséee de la forêt des Ardennes à Renwez  vous pourrez voir le travail que faisaient ces hommes qui vivaient d'août à octobre dans la forêt pour fabriquer ce charbon qui a été le seul moyen utilisé pendant des siècles pour fondre le minerai

agapi.jpg

charbonniers_2_metiers_free_fr.jpg

 

Ils vivaient dans des huttes qu'ils fabriquaient

charbonniers_4_linternaute_com.jpg

 avant de commencer à preparer leurs meules de bois

ce lien vous fera découvrir

mieux que je ne saurai le faire le travail des charbonniers en Ardennes

 

 

http://www.mediardenne.be/comprendre-l-ardenne-parcourir-...

 

 

charbonniers_3_ancetres_et_histoire_com.jpg

Agapit était un personnage emblématique,imposant

inquiétant pour ceux qui ne le connaissaient pas

Phylosophe, observateur scientifique de la nature,poète,bricoleur hors pair

Mystique Le dimanche il se transformait en homme de la ville

et servait la messe à l'église des Haut- Buttés dédiée à St Antoine de Padoue


Notre amie Mamédjo (Josette)  l'a probablement connu ou rencontré

lorsqu'elle venait en vacances dans la vallèe

Sinon elle en aura entendu parler

Certains parents se servait de son nom pour faire peur aux enfants turbulents....

 

les photos de cette note sont du net

Commentaires

Il y avait toujours dans les villages, un homme qui "jouait" involontairement ce rôle...

Dure travail que celui-ci..

Belle journée avec bises

Écrit par : patriarch | 19/10/2012

Il était dur de travailler dans ce temps là.....il fallait être courageux pour faire de tels métiers....
Bonne journée
Bisous
Brigitte

Écrit par : anita | 19/10/2012

Les gens étaient astucieux et courageux. Ils n'étaient pas malheureux pour autant. Les liens entre les uns et les autres étaient solides, pas comme maintenant ou chacun vit pour soi.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 19/10/2012

J'ai vu tout ça encore cette année, intéressant ce musée, il y a aussi des anciennes machines, les anciens outils, un très joli parc à visiter.

Bisous et bonne nuit.

Écrit par : judith | 19/10/2012

Je me suis toujours demandé comment faisaient ces gens pour travailler dans de telles conditions. Et dire que certains se plaignent maintenant.
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 19/10/2012

coucou Brigitte! que voilà une époque révolue!! et pourtant; la vie rude ,avec ue nature

souvent hostile! mais c'était leur vie! comparer avec la nôtre, que non!!pourquoid?

j'admire, cette époque celà donne à réfléchir!!! bisous de la laurentine.

Écrit par : fougassies | 20/10/2012

Une autre époque, pourtant encore si proche de la nôtre...
Les hommes (et les femmes !) étaient bien courageux en ce temps-là. Va proposer un tel travail à quelqu'un, de nos jours !
Bonne soirée, bises,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 20/10/2012

Bonsoir Brigitte,

j'ai lu avec beaucoup d'intérêt cette note:dans les blogs,il y a beaucoup à apprendre.C'est comme cela que je conçois les blogs :pas un simple moyen de se dire bonjour, comment vas- tu(les mails peuvent rendre ce service)Le blog c'est un échange sur la vie.Là, j'apprends ce qu'est un fondeux.Je me posais la question de savoir si ce n'est pas ce dur labeur qui avait abrégé sa vie.

En général les gens qui exercent dans la nature sont des philosophes.Regarde comme le berger est heureux perdu dans les alpages!

Sacré personnalité que tu nous fais aimer.

Merci,Brigitte

Bises

Betty

Écrit par : betty | 20/10/2012

Je ne savais pas qu'il s'appelait "fondeux", nous enfants, on se sauvait lorsque les charbonniers arrivaient livrer le charbon
bisous de nous deux
Christiane

Écrit par : Christiane | 21/10/2012

Trés intéressante ta note sur lr fondeux, car à Limogne, il y en avait un dans la forêt avoisinante

qui faisait du charbon avec de petits chênes rabougris et on lui en achetait pour le réchaud à charbon de bois de ma belle-mère, qu'on appelait "potager".

Mais lui ne faisait pas peur, il était un peu simple d'esprit, c'est tout!

Bises
hélène

Écrit par : hélène | 21/10/2012

Trés intéressante ta note sur lr fondeux, car à Limogne, il y en avait un dans la forêt avoisinante

qui faisait du charbon avec de petits chênes rabougris et on lui en achetait pour le réchaud à charbon de bois de ma belle-mère, qu'on appelait "potager".

Mais lui ne faisait pas peur, il était un peu simple d'esprit, c'est tout!

Bises
hélène

Écrit par : hélène | 21/10/2012

Je me souviens de livres:Nans le berger,le père était charbonnier,c'était très dur,il y en avait aussi dans le midi,mais je ne connaissais pas l'expression "fondeux".51 ans,c'est jeune pour mourir!
Bonne journée Brigitte
Christiane

Écrit par : christiane06 | 23/10/2012

Coucou c'est moi !
Ici c'est le père François et son renard qui faisaient peur aux enfants . Les grands-parents de mes enfants étaient bûcherons et faisaient du charbon de bois la nuit , un total d'heures pour ne pas gagner beaucoup . Bonne soirée et des gros bizoux des comtois !

Écrit par : françoise la comtoise | 23/10/2012

Champètres les belles peintures de Lepage
quand au profil d'agapit ,un vrai témoignage
avant la formatisation d'aujourd'hui ,
le rural ,sa culture qui disparaissent
sous pylones béton et goudron irrémédiablement !
amitiès

Écrit par : ventdamont | 02/11/2012

Un de mes ancêtres portait le même curieux prénom : Agapit. Il doit être contemporain de ton charbonneux.

J'aime les histoires de ces hommes hors normes, capables de vivre en ermite au fond d'une forêt ardennaise et de servir la messe le dimanche !

Il avait une prestance imposante !!

Dans la famille de Christiane, il y a une lignée de charbonnier dans les forêts de Haute Marne. Des gens frustres, pauvres et inquiétants, car un peu sorciers , disait-on.

Bises

Christian

Écrit par : Christian | 22/11/2012

A Fleurbleu (et aux autres)

Agapit n'était pas un "fondeux", mais un "faudeux". La "faude" est la meule, construite sur une "aire à faude" dont on trouve facilement la trace en forêt, 50 ou 60 ans après.
Vous avez vu comme moi qu'Agapit était de retour dans l'actualité ... avec la rediffusion du reportage - sonore - "Promenade en Ardennes" (de 1977) sur France-culture.
Amicalement,
M.D.
[ http://ardenneaparis.free.fr/ajTrist/agapit_YK_AT.jpg (portrait d'Yvon Kubéna) ]

Écrit par : Marden | 29/01/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique