logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/03/2011

Je vous emmène

 

Suivez moi dans un pays que j'aime

La Pologne

Je vous ai déja fait découvrir Poznan et Ostrow

Aujourd'hui partons pour Cracovie Il faut prononcer Cracouf

varsovie_0001.jpg

 

Ville la plus ancienne de Pologne

Elle se situe à 300km au sud de Varsovie

Elle fut capitale de la Pologne avant Varsovie

Avec ses 856000 ha elle est la 2ème ville de Pologne

C' est le centre culturel du pays

 

cracovie-1.jpg

place du marché avec sa halle aux draps
construite entre 1380 et 1400 on y vendait des tissus
Détruite par un incendie en 1555 elle fut reconstruite
Elle a beaucoup de charme et aujourd'hui on y trouve de nombreux artisans
A l' etage des galeries de peintures polonaises
varsovie_0005.jpg

La tour de l'ancienne mairie Le reste du bâtiment fut détruit



La basilique Mariacka

index.jpg
varsovie_0004.jpg

Le retable de la basilique
cracovie eglise.jpg

varsovie_0008.jpg
La porte St Florian
Elle date de 1307 et porte le nom du patron de la ville
Elle faisait partie  des anciennes fortifications de la ville
varsovie_0006.jpg
Pres de cette porte de nombreux artistes
varsovie_0009.jpg
Ici des musiciens tziganes
varsovie_0007.jpg


Nous finirons la promenade  devant le theâtre
A la prochaine note pour la suite de cette visite

 





























 

 

 


 

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

23/02/2011

Amitié

 

 

 

 

 

 

 

En écoutant J Baez j'ai eu envie de rendre hommage à mes amis qui ont toujours été là sur le chemin de ma vie

Témoins des bons moments et soutiens dans ceux plus difficiles

 





Vivre sans amis c'est vivre sans témoins ..G.Herbert

Sans oublier celle qui est loin
ybabciabasia.jpg

18:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (20)

16/02/2011

Tu t'es vu...

Grippée depuis 2 jours je ne suis pas tres courageuse

je vais vous amuser avec cette vidéo reçue ce matin

 

Jungle_alcolo.wmv

 

 

Bonne soirée

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (23)

14/02/2011

bonne fête

 

Un beau symbole d'amour

 

bonne fête à tous ceux qui s'aiment et qui n'ont pas besoin d'un jour particulier pour se le dire

belles-images.jpg

08:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

12/02/2011

En catimini

Douceur du jour m'a entrainée jusqu'au jardin

J'ai découvert qu'il travaillait en catimini pour me préparer un beau printemps

 

PA160451.JPG

Sous les fleurs sechées de l'Hortensia

 

PA160450.JPG

En bout de branches du lilas


Comme un diable au fond de sa boîte,
le bourgeon s'est tenu caché...
mais dans sa prison trop étroite
il baille et voudrait respirer.

Il entend des chants, des bruits d'ailes,
il a soif de grand jour et d'air...
il voudrait savoir les nouvelles,
il fait craquer son corset vert.

Puis, d'un geste brusque, il déchire
son habit étroit et trop court
"enfin, se dit-il, je respire,
je vis, je suis libre... bonjour !"

Paul GÉRALDY (1885-1983)

 

PA160440.JPG

encore quelques perce neige

 

PA160443.JPG

Les premieres fleurs du jasmin d'hiver

PA160446.JPG


Narcisses et tulipes

PA160447.JPG
PA160441.JPG

Et dans un coin la timide Elébore

19:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

09/02/2011

Pablo Neruda

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n'écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.


Vis maintenant!
Risque-toi aujourd'hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!

Ne te prive pas d'être heureux!

Pablo Neruda

 

Poete Chilien il commence à écrireà l'adolescence Etson premier recueil "Crepuscule" est publié en  1923

De front il méne carriere litteraire et politique

Les persecutions du Président Gonzales Vidéla l'obligentà fuir son pays


En 1970 il est nommé ambassadeur du Chili par Allendé

En 1971 il reçoit le prix NObel de Litterature

Il meurt peu apres le putsch militaire  de septembre 1973 qui instaure la dictature  de Pinochet

 



19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

05/02/2011

Les cloutiers

 

 

les cloutiers_0001.jpg

 

Au 19 éme siecle dans les villages aux alentours de Charleville Mézières et plus particuliérement à Gesponsart (dans les massifs forestiers) les gens vivaient d'essartage et d'ecobuage, travaux tres fatiguants qui ne leur suffisaient pas pour vivre. Alors l'hiver ils devenaient des cloutiers.
leurs boutiques etaient toutes petites. Dans chacune de ses boutique on trouvait
-une forge de petite taille qui fonctionne au charbon de bois puis + tard en houille
-une enclume qui a une forme particuliere car on doit pouvoir y fabriquer différentes formes de clous
-Puis la roue à chien qui a pour but, de faire fonctionner le soufflet de la forge. C'est une roue en bois. Son diamètre est le + souvent de 3 metres C'est le chien qui sans cesse va marcher dans cette roue est permettre au soufflet de faire son travail A cette époque les chiens etaient souvent mieux nourris que les enfants du cloutier. Il y avait toujours 2 chiens qui se relayaient .Lorsque le chien ne pouvait plus faire son travail le cloutier ne faisait pas de sentiment il l'abattait d'un coup de fusil( fusil qui servait aussi au braconnage)
Les cloutiers travaillaient de 7 à 9 heures par jours

 

les cloutiers_0002.jpg

 

Leur marteau pesait 1 kilo. ils fabriquaient une centaine de types de clous differents( on peut encore les voire au musée de l'Ardenne à Charleville)
Pour ecouler ses clous (car il est analphabète) il a besoin du facteur de clous. Celui ci vient de Charleville 1 fois par semaine il passe les commandes qu'il revend ensuite à des quincaillers de Charleville, Reims, Paris...C'est lui qui impose ses prix il est fort car c'est lui aussi qui fournit le fer.
Les facteurs exploitaient les pauvres cloutiers
L'industrialisation de la vallee de la Meuse vers 1880 voit peu à peu la disparition des cloutiers qui deviennent alors des ouvriers d'usine ( fonderies, ferronneries)

 

les cloutiers.jpg

 

Des 1880 les clous seront fabriqués à la machine dans la banlieue de Charleville

 

les cloutiers_0003.jpg

gesponsart.jpg

Gesponsart aujourd'hui

 


Le chant du cloutier de Theophile Malicet


L'enclume sonne clair! Nos marteaux sont d'accord!
Couche Medor! Tourne Pirame!
La flamme monte droite comme une gerbe d'or;
La tuyère effiloche un viel épitalame!
Halte Pirame! A toi Médor!

La flamme monte droite comme une gerbe d'or!

Assez Médor! Vasy Pirame!
Et chantons compagnons; la chanson me rend fort;
Le boucher se fait rare, et l'épicier réclame!
A bas Pirame! Hop là Médor

Vois tu dans son coin Saint Eloi qui s'endort!

Laisse Médor! Hardi Pirame!
Réveillons le mon chien; tourne rond, tourne encore;
Ils mangerons du pain, les marmots et la femme!
Couchez Pirame! à vous Médor!

12:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

02/02/2011

Merci

Merci à tous

Sfr m'a fait un cadeau pour mon anniversaire

3jours minimum sans telephone et internet...

Je suis bien privée

Je vous dis à bientôt

15:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

30/01/2011

Pour Françoise

Je viens de faire une promenade dans les blogs et je réponds au défi de Françoise en vous donnant le corbeau et le renard en patois Ardennais

 

Y' avot in jou in corbac
Qu'était adjouquie à la tête d'un arb'
Et qui tnait dans sa bec in fromach'.

Mais y'en avot aco in
Qu'avait rouetté l'fromach de c'verrat là
Et qui s'demandot
Coumma qui f'rot bin pou l'agreppie.

I li dit: "Oh, t'es rudment biauannuit !
T'es les plumes qui sont aussi belles qu'un rossignol !
Mais ma foi, y'en avait même qui disaient
Qu'tu chantot aussi bin qu'lou.
Ca m'étonnerait mie
Ton père chantot ça si bin

Le corbeau n'se sentot pu d'aise ;
I's'mit à s'trimuchie su l'brinchette
Et n'savot pu qué grimace faire.

Mais coumme pou chantie, faut ouvrie sa bec,
Ouf, v'là fromach qui dévale.
L'aut' lavale aco pu vite.

Et quand il eut fini, i li dit :
"Eb bin, ma vaillant,
J'ma va t'baillie un bon conseil.
Quand y'en arait qui diront
Qu't'es biau et qu'tu chantes bin,
Tu sarais qu'c'est pou s'fout de ti."

"Va j'l'ai bin vu, li dit l'aut,
Mais jamais pu d'ma vie
Ni ti, ni tes pareils à ti
Ne m'raront."

C'qui pouve bin, mes afants,
Qu' les lobeux finiront toujours
De prendre ceusses qui sont assez bêtes
Pou les écoutie.

 

P9220437.JPG

Soleil d'Ardennes il y a une heure

18:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (26)

18/01/2011

coucou

 

 

Peu de temps en ce moment mais aussi besoin de faire une petite pause

Je ne vous oublie pas pour autant

 

Bonne soirée à tous

A tres vite

 

Ferrat nous enchante


podcast

 

 

 

Deux absents qui nous manquent


17:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (23)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique